Elektrik bones

Gestion > GM555 Éditions > Elektrik bones

Présentation

Depuis sa création à Montréal en 2002, Elektrik Bones a connu quelques mutations avant de se transformer en l’implacable machine pop-rock qu’il est aujourd’hui. Il suffisait d’une rencontre, celle du fondateur du groupe, le batteur et percussionniste François “Frank” Chauvette, avec le multi-instrumentiste et chanteur Pierre-Philippe “Pilou” Côté en 2007. C’est à partir de ce moment que les deux polyvalents musiciens ont décidé d’unir leur force et leur talent: la voix et l’esprit rock de Pilou, aussi chanteur chez Champion, avec le sens du groove et la sensibilité pop de Frank. “En moins d’une semaine, on a fait un démo de sept ou huit chansons, on les a enregistré avec François à la batterie et moi qui faisait les guitares, la basse, les claviers et les voix. C’est ça qui nous a vraiment allumé, qui nous a fait réaliser qu’on tenait quelque-chose de fort. C’est comme ça que le band a connu une nouvelle vie”, résume Pilou.

Ce que la paire a créé est un mélange détonnant et accrocheur qui a vite capté l’attention de personnes influentes au sein de l’industrie du disque et davantage. Les résultats ne se sont pas faits attendre; quand un groupe arrive à placer plusieurs de ses chansons dans un jeux vidéo, des publicités et des séries télévisées avant même que son premier album ne soit sorti et qu’en plus il soit assuré d’une distribution européenne, c’est signe qu’on a affaire à une bande de musiciens hors du commun. En fait, François Chauvette et Pierre-Philippe Côté sont loin d’êtres des novices. La paire a travaillé autant auprès de Yann Perreau, Marie Jo Thério, Dobacaracol, Ariane Moffatt, Jorane, Antoine Gratton, Elisapie Isaac que Catherine Major et Navet Confit… et on s’arrête là car la liste des artistes avec qui les deux complices ont collaboré est longue.

Mais les Elektrik Bones, c’est aussi les frères Renaud et Gabriel Gratton, respectivement claviériste et bassiste de la formation, deux solides musiciens qui ont eux aussi une feuille de route bien garnie. “Ces gars là sont des musiciens de formations. Ils peuvent prendre n’importe quel instrument et jouer n’importe quel style de musique et en plus ils ont de bonnes voix”, déclare Pilou à propos des frères Gratton. “C’est vraiment des pros!” Une fois réunis, ces quatre talentueux touche à tout se transforment en une unité de choc, capable de passer d’un rock flirtant avec l’alternatif à une pop musclée mais jamais trop sucrée; une musique qui lorgne du côté de l’Angleterre mais qui garde une approche typiquement nord-américaine. Un juste équilibre entre les deux, le dosage parfait.

Pour la confection de son premier album About Last Night, paru en juin 2010 sur l’étiquette montréalaise Go Musique, le combo montréalais a fait appel au réputé réalisateur new-yorkais Mark Plati, connu pour son travail auprès de David Bowie, des Cure, de Philip Glass, de Louise Attaque, des Rita Mitsouko et d’Alain Bashung, pour n’en nommer que quelques-uns. “Pilou et moi on est tous les deux réalisateurs mais on cherchait à travailler avec quelqu’un qui n’est pas proche du groupe, avec quelqu’un d’expérience qui serait capable de mener les Elektrik Bones plus loin”, précise François Chauvette.

Dès sa parution, About Last Night a aussitôt récolté accolades et critiques positives autant de la part du public que des médias. Un disque trop cool pour rester un secret bien gardé au Québec, un disque qui dévoile les aspirations internationales du groupe. “On a joué partout au Québec. Toutes les salles, tous les clubs, ont les connait”, souligne François Chauvette. “Avec les Elektrik Bones, c’est tout le reste du monde qu’on vise. C’est la raison pour laquelle on a choisit de chanter en anglais, pour que notre musique puisse voyager le plus loin possible.”

Elektrik Bones: un band au style résolument moderne, sexy et ravageur, qui se démarque dans le paysage pop-rock actuel. Un groupe prêt à conquérir le monde et qui assume ses ambitions, mais dont la seule prétention est de tout simplement vous faire passer un bon moment.

Source: elektrikbones.com